Chaque semaine, la rédaction d’Heretik Magazine vous donne rendez-vous sur ses platines et passe en revue ses dernières écoutes ! Plus connu, moins connu, plus vieux, moins vieux, une chose est sûre, tout le monde y passera ! 

Par la rédaction


BAEST 

NECRO SAPIENS

Century Media  

Death Metal 

Comment ne pas être bluffé par les progrès accomplis par des Danois de Baest, déjà de retour avec un troisième album en… trois ans ?! Une productivité qui semblerait porter ses fruits ! En effet, aujourd’hui, Baest et son Death Metal rampant commencent tout doucement, mais sûrement, à s’installer dans les mémoires collectives des fans, et c’est mérité. En effet, ce troisième opus – plus tourné vers la Science-Fiction – combine tout ce qui se fait de mieux en matière de Death Metal avec un gros riffing bien visqueux, un groove et un chant « à la Morbid Angel », des explosions ici et là, des tempos riches, des ambiances apocalyptiques et dystopiques et une production soignée (à la fois old-school et moderne). Bref, Necro Sapiens ne changera sans doute la face du Death Metal, mais reste tout de même un album très efficace. Et c’est tout ce qui compte aujourd’hui ! 

Axl Meu

EVILE 

HELL UNLEASHED 

Napalm Records 

Thrash Metal 

C’est l’heure du gros parpaing dans la tronche ! Ce petit cadeau raffiné nous vient d’Angleterre, des gars d’Evile plus précisément. Vous voulez du Thrash pur jus, un soupçon de Death « made-in-Florida » et des effluves de Speed canadien ? Alors ce « skeud » est pour vous ! Aiguisé comme jamais, immortalisant le passage d’Ol Drake à la guitare ET au chant (remplaçant alors son frère), Hell Unleashed est une tornade auditive permanente de quarante minutes intenses et sans compromis. Finies les galères, Evile semble avoir enfin de quoi pérenniser sa musique avec un line-up remanié et des compositions plus sauvages les unes que les autres. Preuve avec l’appui avec ces uppercuts sonores que représentent « Hell Unleashed », « War of Attrition » ou le plus nuancé « Zombie Apocalypse » (reprise de Mortician). Bref ça riff à tout va avec un seul objectif : ne laisser aucun temps mort. Servi par une production de grande qualité, ce Hell Unleashed ne demande qu’une chose, pouvoir déverser sa grande qualité et sa hargne « on stage ».

Fred 

EVANESCENCE 

THE BITTER TRUTH 

Sony BMG Music Entertainment 

Metal Symphonique 

The Bitter Truth, la nouvelle sortie d’Evanescence déboule, marquant les 26 ans de carrière du groupe. Melting-pot de bon goût, The Bitter Truth est taillé pour la scène et avec « The Game is Over », « Broken Pieces Shine » on comprend vite que l’album sera un condensé de riffs tranchants, de refrains ultra-efficaces magnifiés par la voix unique d’Amy Lee, en perpétuel équilibre entre douceur mélancolique et rage contenue. La frontwoman fait évoluer ses lignes de chant dans un patchwork stylistique rafraichissant. L’album recèle quelques surprises, notamment les subtiles incartades dans l’univers Rock d’un Muse sur « Yeah Right » ou Electro avec « Feeding The Dark » ou le classieux « Wasted on You ». Un album efficace, subtilement nuancé dans le fond et la forme. The Bitter Truth s’émancipe tranquillement des codes établis sur les opus précédents. Indéniablement marqué par l’âme d’Amy Lee, The Bitter Truth est un retour aux affaires gagnants pour Evanescence.

Fred

GOJIRA 

FORTITUDE 

RoadRunner Records 

Metal 

Il est des albums qui génèrent l’emballement général avant même leur sortie dans les bacs : Fortitude est l’un d’eux. Mais quand il s’agit d’en parler avec franchise, c’est une autre histoire, surtout quand la formation en question n’a cessé de diviser depuis qu’elle s’est ouverte au monde. Alors que penser de la septième cuvée de Gojira, déjà encensée sur la toile à peine digérée ? Disons tout simplement que l’album suit la progression du groupe déjà entamée sur Magma, tant sur les choix de production que sur les thématiques abordées, à savoir l’écologie, sujet de prédilection du groupe depuis ses débuts. C’est dans cette optique que les Français installés aux États-Unis ont conçu Fortitude : un album de Rock « groovy » engagé, riche en couleurs locales tribales (« Amazonia », « The Chant »…), tout public (chant clair, chœurs, mid-tempo), bien plus mélodique qu’à l’accoutumée, qui saura pourtant trouver sa place dans le répertoire scénique du groupe. Aujourd’hui, même en pleine pandémie, Gojira a sorti un bon album qui saura éveiller les consciences et pérenniser son ascension. Et rien que pour ça, ils méritent nos hommages. 

Axl Meu

NATURE MORTE 

MESSE BASSE 

Source Atone Records 

Post-Black Metal 

Trois amis de longue date décident de jouer ensemble. Regarder furtivement par-dessus la banquette et observer par la lunette arrière la route défiler, le chemin parcouru. C’est ce que propose Nature Morte à travers son deuxième album, Messe Basse, ou comment jouer la carte de la nostalgie… Il est vrai que ce mélange de Black Metal et de Shoegaze évolutif nous amène à des états de conscience lointains. La frontière entre le rêve et le souvenir devient alors poreuse. L’artwork souligne cette idée : une empreinte de vie où trois générations se côtoient. Et tel un cliché à l’argentique, Messe Basse fige le temps. Durant presque cinquante minutes, la voix déchirée de Chris Richard nuance les guitares mélodiques et fougueuses. Nature Morte ne renouvelle pas le style, mais l’élargit et l’initie à de nouvelles perspectives. Messe Basse est réussi en tout point et fait la promesse d’une invitation au voyage vers le soi d’antan. 

Thomas

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.