Vogg a beau avoir été recruté par Machine Head en 2019, son principal projet reste Decapitated, véritable fer de lance de la scène Death Metal en Pologne, au parcours particulièrement maudit. Mais pas question de rester sur le banc de touche. En attendant la parution du successeur d’Anticult, le guitariste a saisi une belle opportunité, celle de rééditer le première compilation du groupe, regroupant les deux premières démos du groupe, Cemeteral Gardens et The Eyes of Horus. La petite leçon d’histoire en compagnie du guitariste s’est imposée d’elle-même.

Propos de Vogg (guitare) recueillis par Axl Meu


Pourquoi avez-vous décidé de sortir à nouveau ces démos ? 

Il y a plusieurs raisons à ça. Cette compilation a vu le jour il y a plus de vingt ans, via Metal Mind Productions, un label polonais. Elle n’a été commercialisée qu’en Pologne… Au fil des années, le groupe a récupéré les droits de ses morceaux et Nuclear Blast, notre label, s’est vite montré intéressé par l’idée de la rééditer. Et franchement, quand j’y repense, c’est vraiment cool qu’un label aussi réputé se propose de publier une compilation de démos enregistrées par des adolescents dans les années 90. 

Ces démos, c’est aussi une belle histoire à raconter à tous ceux qui ne connaissent le groupe que depuis Carnival Is Forever. Peut-être que la nouvelle génération ne connaÎt pas vraiment notre histoire… Grâce à Nuclear Blast, nous pouvons enfin présenter une partie de l’histoire du groupe ! 

C’est aussi intéressant, car les rééditer m’a fait replonger dans le passé, à une époque bénie où les groupes s’envoyaient leurs démos-tapes, une pratique qui peut paraître archaïque pour les jeunes d’aujourd’hui. Mais à l’époque, tout le monde faisait comme ça pour communiquer. On n’avait pas de boite mail, ni de réseaux sociaux pour communiquer. 

Ceux qui découvriront ces premières démos se rendront compte à quel point votre musique était technique à l’époque, alors que vous n’étiez encore que des mômes. Ton frère, votre batteur, Vitek, n’avait que 14 ans sur votre premier enregistrement. Vouliez-vous en quelque sorte lui rendre hommage en rééditant ces morceaux ? 

On peut y voir un hommage, c’est clair, mais pas qu’à lui, mais au premier line-up du groupe, alors composé que Vitek (batterie), Sauron (chant), Martin (basse) et de moi. Sinon, oui, je pense qu’il est important de souligner le fait que nous étions très jeunes à l’époque et que nous évoluions dans un style assez technique pour notre âge. Et pourtant ! Après, il faut dire que nous nous étions tous les quatre rencontrés dans une école de musique. Nous étions, certes, de vrais fans de musique Metal, mais nous avions tous les quatre une éducation musicale classique. Nous savions joué du piano, de la guitare classique et j’en passe. Très tôt, nous étions déjà prêts à créer de la musique ensemble.

Aurais-tu quelques anecdotes à nous raconter concernant ces premières sessions d’enregistrement ? 

C’était il y a bien longtemps et nous n’avions pas un rond ! La pression session a coûté 1000e, et nous avions tout enregistré en trois journées, pas une de plus ! Chaque membre avait donc cassé sa tirelire, emprunté de l’argent à ses parents et même, revendu certaines de ses cassettes ! Pour la deuxième démo, c’était un peu différent. L’enregistrement s’est étalé sur presqu’une semaine, et nous n’avions pas beaucoup d’argent. Mais par chance, une de nos amis a demandé à sa mère de payer pour nous. Et aujourd’hui encore, nous lui en sommes très reconnaissants, car nous n’avions pas eu à rembourser le moindre centime ! 

« Ces démos, c’est aussi une belle histoire à raconter à tous ceux qui ne connaissent le groupe que depuis Carnival Is Forever »

Le studio dans lequel nous avions enregistré notre première démo, Cemeteral Gardens, n’était pas très pro’, à l’inverse de la deuxième, The Eye of Horus. Pour celle-ci, nous avions fait appel aux services d’Arek « Malta » Malczewski, l’actuel ingénieur son de Behemoth. Avec le temps, il est devenu très connu, mais déjà à l’époque, on parlait déjà beaucoup de lui ! 

Vous avez décidé de ne pas remasteriser les morceaux de l’album. Les morceaux que l’on retrouve sur The First Damned sont les morceaux tels que les fans les avaient découverts à la fin des années 90…

Oui. Il nous importait de laisser le contenu audio tel quel. Ne rien ajouter, pas même des parties de batterie, ou je ne sais quoi ! Revenir à la source, tout simplement ! 

Cette nouvelle édition bénéficie même d’une version « vinyle » ! 

Et c’est vraiment génial ! C’est quand même assez dingue qu’un aussi gros label comme Nuclear Blastnous ait donné l’opportunité de sortir ces démos en vinyle. Jamais je n’y aurais pensé !

Quelques mots concernant cette pochette alternative ? 

Elle a été conçue par Micah Ulrich ! L’idée était de revenir aux sources et d’obtenir un visuel qui fasse penser aux premiers fanzines spécialisés imprimés en noir et blanc. Bien sûr, pour que l’illusion soit complète, nous y avons intégré notre premier logo. Bref, tout a été travaillé de sorte à rappeler les prémices du groupe et à te ramener vingt ans en arrière à l’époque des premiers fanzines. 

Aussi, je me réjouis que le groupe ait participé à l’élaboration de ce produit. Nous avons fait attention à tous les petits détails, à ce qu’il n’y ait pas de coquilles dans les paroles. Car il y en avait sur la première version éditée par Metal Mind Productions… Là, tout a été vérifié par le groupe ! 

En début d’interview, tu m’as appris que Decapitated était actuellement en train de travailler sur son nouvel album. Où en êtes-vous arrivés ? Quand sortira-t-il ? 

Courant janvier/février 2022. Il nous reste encore quelques parties de chant et de guitare à enregistrer ici et là. Ce que nous allons faire prochainement. Ensuite, nous enverrons l’ensemble au mixage et commencerons à nous occuper des démarches promotionnelles et des clips-vidéos. Démarches qui, tu t’en doutes, prennent beaucoup de temps. 

On a bien l’impression de voir le bout du tunnel ici aussi en France. 

Oui. Personnellement, quand nous pourrons enfin retourner dans les salles de concert, je me suis promis de ne manquer aucun événement, aucun concert ! J’irai voir tous les groupes, même ceux que je n’aime pas. J’ai vraiment hâte que ça reprenne, comme beaucoup de monde dans l’industrie. 

Peut-on dire que le prochain album de Decapitated servira de suite à Anticult ? 

Pas exactement. Je pense que tous ceux qui s’attendent à une suite d’Anticult seront surpris, voire même choqués. Il faut que vous vous prépariez, car la suite s’annonce très forte, très agressive et bourrée en émotions. Le prochain album atteindra des sommets de brutalité jamais atteints par le passé avec Decapitated ! 


Decapitated, c’est : 

Vogg : Guitare 

Rasta : Chant  

James Stewart : Batterie 

Discographie :

Cemeteral Gardens (Demo-1997)

The Eye of Horus (Demo-1998)

The First Damned (Compilation-2000)

Winds of Creation (2000)

Nihility (2002)

The Negation (2004)

Organic Hallucinosis (2006)

Carnival Is Forever (2011)

Blood Mantra (2014)

Anticult (2017)

The First Damned (Compilation-2021)

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.