Formé de têtes bien connues de la scène Metal hexagonale (le combo compte dans ses rangs des membres de The Arrs, Pitbulls In The Nursery, Break This Cycle et Red Mourning), Nervd n’aura pas trop de mal à s’installer sur nos ondes… Il faut dire que la qualité est de mise ! C’est du moins ce que nous a prouvé leur premier et prometteur album The Weight Of Things hébergé chez Blood Blast Records. JC (chant) et Julien (guitare) étaient à Paris au début du mois pour en parler !

Propos de JC (chant) et Julien (guitare) recueillis par Axl Meu


NERVD sort enfin son premier opus, The Weight Of Things. Sa formation étant récente, j’aimerais pour commencer savoir ce qui vous a réussi tous les cinq ? 

Ce n’est pas comme tous les autres groupes ! À titre personnel, j’ai commencé à réfléchir à ce projet quand j’ai quitté mon ancien groupe en 2009, Kaizen. Le rythme du groupe était élevé… On enchaînait sortie d’album et tournées et moi, personnellement, je n’arrivais plus à suivre. J’avais envie de me retrouver. Puis, après quelques mois de réflexion, je me suis remis à la musique. Dans un premier temps, j’ai commencé à faire des morceaux pour moi. Par la suite, j’ai contacté JC, le chanteur de Red Mourning, pour savoir s’il voulait s’associer à moi et poser quelques parties de chant sur mes compositions, juste pour voir ce que ça donnerait. Donc voilà, on a commencé en duo, ça a duré 5/6 ans comme ça. C’est surtout courant 2017/2018 que les choses se sont accélérées et qu’on a décidé de monter un groupe. Donc, dès qu’on a eu assez de morceaux, on a contacté certains de nos amis, Mike (guitare, ex-The Arrs), Francesco (basse, Pitbulls In The Nursery), Cyril (batterie, Break This Cycle) à nous joindre pour enregistrer la démo.

En 2021, vous voilà donc avec un premier album, The Weight Of Things. On y retrouve du Stoner, du Metal plus moderne, un peu de tout pour finir ! Quid de la cohésion d’ensemble pour cet album ? 

Bah écoute, c’est assez amusant que tu fasses allusion à ces styles. Pour ce qui est du Sludge et du Stoner, c’est vraiment quelque chose qui revient régulièrement. Je me suis principalement occupé des compositions, donc il est normal que certaines de nos influences soient ressorties. Et en ce qui me concerne, ce sont vraiment les groupes américains des années 90 qui m’ont marqué quand j’étais jeune. Parmi eux, Pantera ! S’il y a un groupe qui nous a mis une claque dans les 90’s, c’est bien Pantera ! Après, je peux te citer d’autres groupes comme SepulturaFear FactoryAlice In Chains… Ce sont tous ces groupes-là qui nous ont influencés. La fameuse époque « MTV Headbangers Balls » ! Après, quand on se met à jouer ensemble, chacun apporte son truc, sa particularité, son cachet à la musique du groupe, une couleur particulière. Aussi, on ne souhaite pas restés figé sur un type de morceau. À titre personnel, je préfère écouter un album varié, riche en textures. Ce que nous avons essayé de faire sur The Weight Of Things

J’imagine que JC et toi avez principalement travaillé sur ces morceaux. Quel a été le point de départ d’un morceau ? 

On part toujours de la musique. Je compose le morceau, je peux en faire plusieurs simultanément, ça ne me pose pas de problème. Puis JC intervient. Il a sa méthode à lui. Il n’attend pas qu’un morceau soit terminé pour écrire. Lui, il est plutôt du genre à écrire tout le temps en fonction de son état d’esprit, dès qu’il a le temps, dès qu’une émotion le traverse. Quand je lui fais écouter une maquette, il l’analyse et essaie d’y apposer un de ses textes. Le gros du morceau s’est fait ainsi ! 

NERVD • 2e extrait du futur album "The Weight Of Things"

« S’il y a un groupe qui nous a mis une claque dans les 90’s, c’est bien Pantera ! »

JC, comment devons-nous interpréter les paroles de tes paroles « Stolen Moments », « Baphomets », « Original Sin ». L’ensemble semble très varié ! 

JC (chant) : En fait, c’est plutôt amusant, car je préfère écrire des textes qui ne soient pas très explicites. C’est pour cette raison que je joue énormément sur le sens des mots. J’espère que chacun pourra s’approprier mes paroles et les interpréter comme il souhaite. C’est aussi ça que j’aime quand j’écoute de la musique. Je veux être en capacité de me projeter dans l’album. En tout cas, oui. Le premier degré est proscrit. Je veux écrire des textes qui soient poétiques. 

Tu procèdes de la même manière pour les textes de Red Mourning ? 

Oui ! D’ailleurs, on va rentrer au studio en septembre prochain pour enregistrer notre cinquième album. Comme Julien te disait tout à l’heure, j’écris régulièrement. Quand je vis quelque chose de fort, je vais prendre la plume et sortir un texte. Dans un groupe comme dans l’autre. Quand on me propose un instrumental, j’essaie de l’analyser et de voir ce que la musique m’évoque, puis je me tourne vers un texte que j’ai pu écrire. Puis, après tout ça, je me mets au travail, je compose les lignes de chant et ainsi de suite. Parfois, ça ne marche pas… Ça reste une méthode assez artisanale, même si elle a fait ses preuves pour moi ! 

La pandémie et les différents couvre-feux ont-ils été un obstacle pour vous quand il a fallu enregistrer l’album ? 

Pas plus que ça en vrai. Après, c’était toujours compliqué, car on ne savait jamais si on devait porter un masque ou pas. Mais bon, après, comme tout le monde, on était coincés. On avait ces morceaux qui méritaient de figurer sur un album. Donc, on ne s’est pas trop posé de questions, on est allés enregistrer l’ensemble ! Moi, je me suis rencardé avec Francis Caste pour la captation des voix, puis, François, notre bassiste, a joué le rôle de producteur. Il s’est occupé du mixage, du mastering, et ainsi de suite. On a essayé de tirer profit de la situation et ça l’a fait pour finir ! 

NERVD étant un nouveau groupe, vous avez encore tout à faire ! Il me semble ne pas vous avoir encore vus en concert… 

On avait tout un tas de concerts programmés. Puis la COVID-19 est arrivée avec tous ses problèmes. Nous avons juste eu le temps de donner deux concerts, après, c’était tout ! Ils ont été annulés, puis reportés, puis reportés à nouveau. Donc, oui, aujourd’hui, on estime que c’est comme si on repartait de zéro, comme s’il fallait tout reconstruire. Retour à la case départ ! Mais bon, c’est la réalité des choses. Aujourd’hui, nous essayons de trouver un tourneur, histoire de relancer la machine ! En tout cas, nous avons envie de faire de la scène ! Nos musiques sont faites pour ça, c’est d’ailleurs ce que nous ont fait comprendre nos premiers concerts. 

Désormais en attendant que les concerts reviennent, qu’allez-vous faire ? Vous pencher sur l’écriture du deuxième album ? 

Oui ! Julien a commencé à travailler sur les morceaux du deuxième album. Moi, de mon côté, je réfléchis aux lignes de chant, et ainsi de suite. Nous avons également des idées de clip et travaillons sur la reprise des concerts !


NERVD, c’est : 

JC : Chant 

Ju : Guitare 

Mike : Guitare 

Francesco : Basse 

Cyril : Batterie 

Discographie :

The Weight Of Things (2021)

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.