Un premier tour de piste pour le Female Metal League Fest qui, comme son nom l’indique, a pour vocation de mettre en avant la gent féminine assez mal représentée dans le paysage des musiques extrêmes composé à majorité d’hommes. L’idée n’est donc pas forcément ici de rentrer dans des débats de genre, mais de rendre compte de l’énorme potentiel de ces formations menées par des femmes (ces fameux « female fronted-bands », même si l’appellation, maladroite, est loin de faire l’unanimité, car un groupe, qu’il soit mené par un homme ou une femme – ou autre -, reste un ‘’groupe’’, non ?). 

À la place de rentrer dans ce débat énergivore, venons-en plutôt aux faits. À Lessines, situé quelque part en Belgique, s’était donné rendez-vous le 7 août dernier un bon paquet de groupes, tous styles confondus : le Symphonic Metal avec Visions Of Atlantis, Diabolus In Musica, Valkyre, InHuman, le Heavy Metal avec Nightmare, le Groove Metal avec Gwendydd, April Art, et Attraction Theory pour le côté Rock Progressif. Bref, un festival que l’on ne s’est pas privé de passer en revue.  

Par Axl Meu 

Crédits photos : Moris DC


Le concert d’InHuman est déjà bien entamé lorsque nous arrivons sur les lieux. Néanmoins, le peu que nous avons vu nous a tout de même permis de nous faire une bonne idée de l’énergie délivrée par la formation belge. Menée par Eline Van de Putte et Dietwin qui tous les deux communiquent en chantant (à la manière d’un Penumbra, par exemple), la formation aura profité de cette belle opportunité pour présenter « live » les morceaux de son premier opus éponyme, tout dernièrement paru, et ses gros titres « The Day I Died » et « Unbearably Human », tous les deux présentés en toute fin de gig.   

CLIQUE LA PHOTO POUR EN VOIR D’AUTRES

La deuxième formation est une véritable petite bombe qui fera sans doute parler d’elle à l’avenir. C’est Gwendydd. Venue tout droit de Bulgarie, elle a traversé une grosse partie l’Europe avant de poser ses bagages en Belgique le temps de deux soirées (la première à Lessines, la deuxième à Diest). Animées par de belles ambitions, les adolescentes, accompagnées du batteur Bambi Nikiforov, auront fait fort bonne impression au Female Metal League Festival ce samedi (et pas seulement sur le fan qui s’est amusé à brandir sa pancarte préparée exclusivement pour elles). Évoluant dans une sorte de Death Metal mélodique et « groovy », les jeunes musiciennes, venues présenter leur premier album, Human Nature, semblent maîtriser leur sujet sur le bout des ongles – même si un peu plus de mouvement sur scène n’aurait pas été de tout refus. Une belle prestation et du talent, c’est sûr. 

CLIQUE LA PHOTO POUR EN VOIR D’AUTRES

Un seul coup d’œil sur l’accoutrement des membres de Valkyre a suffi à nous faire comprendre que la formation belge, qui a dernièrement accueilli en ses rangs la jeune et talentueuse Lhana, est passionnée par l’univers de Therion (chapeau en haut de forme et autres costumes…). Déjà bien implantée en Belgique, la formation peinera toutefois à retrouver ses automatismes (quelques couacs ont perturbé le concert, mais rien de très grave). Peut-être était-ce dû au stress ? En tout cas, l’ensemble a tout de même mérité que l’on s’y attarde, surtout que Valkyre sait de quoi il parle : mélodies chiadées, soli de guitare intéressants et surtout une nouvelle belle voix dont il leur faudra tirer profit pour le prochain album, album que les fans n’attendent plus ! 

CLIQUE LA PHOTO POUR EN VOIR D’AUTRES

Formé autour de deux ex-Headline et de la chanteuse Constance Amelane, Attraction Theory, en foulant la scène de Lessines, s’était lancé comme défi d’ « attirer » le public dans son univers par le biais d’une musique à la fois progressive et ‘’catchy’’. Et ça n’a pas manqué. Malgré un faux-départ (un problème de micro en tout début de set. Après, le temps se dégrade et ne joue pas en sa faveur), la chanteuse rattrape grâce à sa bonne humeur qu’elle a communiquée sur fond de musiques bien agencées (« Silent Signs », « The Eye »…) aux accents parfois « Pop » et toujours accompagnées de superbes soli de guitare. Et pour couronner le tout, une belle reprise personnelle de classique de Mike Oldfield « To France » ! Bien joué ! 

CLIQUE LA PHOTO POUR EN VOIR D’AUTRES

Véritable attraction de la journée, April Art n’a pas eu de mal à faire oublier le forfait de And Then She Cames… Il faut dire qu’en les programmant, l’organisation a visé juste. Reconnue pour ses prestations décadentes, la formation, respectant un code couleur bien défini (le rouge, des fringues jusqu’à la fumigène…) n’a pas eu de mal à se mettre le public dans la poche (alors qu’il pleut des cordes !) en alternant moments de sympathie et gros morceaux dynamiques (notamment ceux de son dernier EP en date, Fighter, paru en indépendant en juillet dernier) dans un registre proche à celui de Jinjer (grosse basse, grosses guitares, frontwoman excentrique). Bref, s’il ne fallait retenir qu’une seule formation pour le moment, ce serait sans doute April Art. Cette performance les aidera-t-elle à s’imposer durablement en Belgique (et en France) ? Seul l’avenir nous le dira ! 

CLIQUE LA PHOTO POUR EN VOIR D’AUTRES

C’est au tour de Diabolus In Musica de fouler la scène avec la promesse d’un retour aux sonorités plus symphoniques. Jamais très loin du registre d’Epica, les Espagnols sont venus présenter Euphonic Entropy, leur dernier album qui, comme beaucoup, a été privé de promotion, contexte sanitaire oblige. Assister à ce concert, c’est donc l’occasion de se saisir de l’énergie bucolique qui se dégage de ses pistes et de se laisser bercer par la belle voix et la flûte traversière de Zuberoa Aznárez, qui aimera partager sa culture basque, notamment sur le titre « Otoi ». Une belle performance. 

CLIQUE LA PHOTO POUR EN VOIR D’AUTRES

Ses derniers et nombreux changements de line-up auront peut-être fait énormément parler de lui ces dernières années, mais s’il y a bien une chose que nous ne pouvons pas reprocher à Nightmare, c’est d’avoir fait un trait sur la qualité. Avec Maddie, venue remplacer Magguy Luyten, la formation grenobloise a su accoucher d’un superbe album, Aeternam. Et ce concert dans le cadre du Female Metal League Festival, c’était un peu le baptême du feu pour sa nouvelle mouture qui a dû se contenter de deux répétitions avant de fouler la scène. Et pourtant, on n’y voit que du feu. Alternant entre nouveaux morceaux (« Aeternam », « Divine Nemesis ») et d’autres venus d’une autre époque, Nightmare mêle hymnes, talent, classe et charisme le temps d’une presqu’heure de jeu. On a tout simplement adoré. 

CLIQUE LA PHOTO POUR EN VOIR D’AUTRES

Tout semble rouler comme sur des roulettes pour Visions Of Atlantis qui, depuis son dernier remaniement, et surtout, depuis l’intégration de Clémentine Delauney au chant en 2013 et celle de Michele Guaitoli en 2018. Depuis, ils ont de nouvelles musiques à défendre et surtout, un nouvel opus, Wanderers, qui sera principalement mis en avant ce soir à Lessines, malgré les caprices de la méteo (une énorme pluie s’abat sur le festival au bout de 10 minutes de concert…). Ce qui n’a pas empêché les fans « extrêmes » de s’accrocher à leur siège jusqu’aux dernières notes de ce voyage épique…  

CLIQUE LA PHOTO POUR EN VOIR D’AUTRES

Une météo parfois capricieuse, mais une belle organisation tout de même. Le Female Metal League Festival a tout simplement rempli son contrat pour ce qui s’est avéré être son « warm-up ». L’équipe vous donne déjà rendez-vous le 7 mai 2022 pour sa première édition avec Doro, Tarja, Infected Rain, Phantom Elite, November 7, Deathless Legacy, Volturian, Enemy Inside et bien d’autres !

A propos de l'auteur

Axl

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.