Beaucoup ont fait la route de loin le 24 septembre dernier pour se rendre au Carré Sam de Boulogne-sur-Mer où se tenait une soirée aux allures de retrouvailles entre potes ! « Loudblack-Bomb » se partageait l’affiche (et la même section rythmique pour le coup) avec la promesse d’émietter la moindre nuque qui traînait dans les parages… Retour ensemble sur cette soirée qui fut, croyez-nous, intense et mouvementée.

Par Alan Dujardin et Axl Meu

Crédit photo : Tastoux


C’est les locaux de Fire Wheel qui ouvrent les hostilités avec leur Groove Metal bien à eux ! Et que dire si ce n’est que, malgré la pause qui leur a été imposée, la formation n’a pas perdu ses habitudes. Ça dégouline de professionnalisme de partout… Et le groupe peut même se fendre d’organiser les premières animations dans la fosse à l’aide de leur reprise réussie de Little Big, « Dead Unicorn ». Un choix original, pourtant cohérent. Seul petit bémol. Le choix de la setlist et un petit ralentissement en fin de set… Cependant, le bilan est plutôt positif pour ces jeunes qui peuvent se targuer d’avoir joué dans la cour des grands le temps d’une soirée. Bravo ! 

Loudblast n’a jamais été là pour enfiler des perles. Surtout quand il se produit dans sa région-mère qu’il n’a cessé d’écumer au cours de sa carrière. Et pourtant, il leur faut encore présenter leur nouvel album, Manifesto, paru en novembre dernier via Listenable Records. Ce qu’il fait d’emblée avec « The Promethean Fire », un titre puissant, efficace et entraînant. Mais ce qui nous intéresse davantage, c’est le traitement qui est fait à l’album Disincarnate qui fête déjà ses trente ans cette année avec l’interprétation globalement réussie de « The Horror Within », « Shape Images Of Disincarnate Spirit » et « Disquieting Beliefs ». Rien de mieux pour embrasser le public qui s’en donne à cœur joie dans la fosse jusqu’à l’ultime classique « Cross The Threshold » qui confirmera la superbe forme du combo ! Merci Loudblast, tu reviens à la maison quand tu veux ! 

Peut être une image de une personne ou plus, personnes qui jouent d’un instrument de musique et intérieur

Une petite séance de cardio en compagnie de Black Bomb A, ça vous tente ? Pas le choix. La formation n’a peut-être pas de nouvel album à défendre depuis son album éponyme paru en 2018 (!), mais a un répertoire bien solide dans lequel puiser. Ce qui n’est pas pour déplaire… Naturellement, c’est en puisant dans ses morceaux les plus percutants (« Kill Yourself », « The Point of No Return », « Make Your Choice », « Civil War » et « Wake »), le tout entrecoupé de messages politico-incorrects (placés par Arno, la grosse voix, avant le classique « Mary »), que les cinq musiciens se plairont à mettre le Carré Sam sens dessus dessous (les animations se multiplient à nos risques et périls, car le sol est particulièrement glissant. Ça pogote dans tous les sens, la bière coule à flots…). Et pourtant, le public, à l’instar des cinq musiciens, en redemande encore… Doit-on encore mentionner l’incroyable performance d’RV Coquerel et Jacou, respectivement batteur et bassiste, qui enchaînent ce soir ? En tout cas, tous s’accordent à dire que le concert de Black Bomb A ressemblait plus à un joyeux bordel organisé qu’autre chose. On a adoré.  

Peut être une image en noir et blanc de une personne ou plus, personnes debout et texte qui dit ’W @TasTouX’

Ce soir, la rédaction a tout simplement retrouvé ses bonnes vieilles habitudes et revu des groupes qu’elle avait l’habitude de voir régulièrement avant le début de la pandémie. Mais pourquoi irions-nous bouder notre plaisir ? Ça faisait presque deux ans que nous n’avions pas croisé les membres de Loudblast et de Black Bomb A autour d’une bière à leur stand de merch’… C’était beaucoup trop long ! 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.