Il n’y a pas que les grosses salles ont repris leurs activités, il y a les petites aussi. On pensera à la Brat Cave, à la Malterie, mais aussi à la Cave aux Poètes qui, par sa programmation originale, a toujours su tirer son épingle du jeu. Nous sommes le vendredi 15 octobre. Notre semaine de travail vient de tirer sa révérence, et il est temps pour nous de nous acheminer vers la cave roubaisienne et d’y retrouver quelques têtes connues : Vautours se produit en compagnie de Fange pour une soirée placée sous le signe des esprits torturés, ici organisée dans le cadre de l’anniversaire de l’émission « Have A Trip ! » sur RCV. 

Par Axl Meu et Alan Dujardin

Crédit photos : Sébastien Feutry 


Pour sa dernière date de « tournée », Vautours se retrouve donc à domicile et était, vous l’imaginez, bien déterminé à semer le chaos dans la cave. Configuration de la salle oblige, les musiciens n’hésiteront pas à aller à la rencontre des fans, à l’instar de Remy Barbe (chant) qui se colle à eux et qui les encourage à sortir de leur zone de confort. Certes, cela peut s’avérer déconcertant de se retrouver devant cet énergumène, mais il n’a jamais été aussi facile de comprendre la douleur chaotique qui ressort de ses cris. Naturellement, le set est varié et alterne entre morceaux énergiques et autres plus « mid-tempo » que l’on retrouve sur les deux premiers EP du groupe Hail et Queen, tous deux sortis en pleine pandémie… Bref, à peine formé, Vautours fait preuve d’un professionnalisme déconcertant tant il exécute avec simplicité et rigueur ses morceaux « Post-Hardcore ». 

Nous revoilà donc avec Fange. D’abord programmée à l’édition 2020 du Tyrant Fest qui, finalement, n’aura jamais eu lieu (vous savez pourquoi), la formation nous revient donc à La Cave Aux Poètes en configuration allégée. La formation n’a plus de batteur et elle a décidé, plutôt que d’en trouver un nouveau, de le remplacer par une boîte à rythme. Ce qui contient son lot d’avantages comme d’inconvénients. Certes, cela amplifie le côté mécanique des morceaux de Pantocrator, mais la « vie » n’y est plus vraiment. Heureusement que le propos de Matthias Jungbluth lourd, pesant, étouffant à souhait sied parfaitement à l’ambiance de la salle. Salle qui, à l’issue du concert, sera divisée en deux. Il y a eu ceux qui auront peut-être parfois trouvé le temps assez long et les autres, comme nous, qui auront su se laisser porter par les instances chaotiques de ce Fange 2.0. qui, à l’image de son dernier EP, semble nous promettre encore de bien belles surprises introspectives à l’avenir. On a tout simplement adoré. 

Une bien belle soirée ! Elle nous a tout simplement permis de retrouver l’ambiance chaude des caves, ambiance qui nous avait tellement manqué ces quinze derniers mois ! Autant vous dire que la rédaction a déjà réservé son vendredi 29 octobre, soirée au cours de laquelle Junon se produira en compagnie de Pogo Car Crash Control, même heure, même lieu. À bon entendeur. 

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.