La pandémie aura apporté son lot de déconvenues (annulations en pagaille, faux-espoirs et remises en question), il n’empêche que qu’un paquet d’architectes sonores ont tenu bon et ont créé. C’est le cas de Brik., groupe lillois, qui, s’il n’a peut-être pas choisi le meilleur moment pour émerger, a accouché d’un superbe album à la croisée des genres. C’est The Day You Will Be Lost. Entretien !

Par Axl Meu


The Day You Will Be Lost : l’album de la pandémie. 
« C’est terrible à dire, mais la pandémie a aidé l’écriture de cet album. On s’est retrouvé à ne plus pouvoir faire que ça : composer, écrire, produire… Dans un cadre normal de vie, l’album aurait été probablement très différent. On aurait eu moins de temps pour développer tout cet univers, pour le penser dans sa globalité comme c’est le cas ici. Cette pandémie a aussi fait ressortir des sentiments, des émotions qu’on n’avait pas eu le temps de ressentir depuis de longues années. Cette période si particulière nous a tous imposé le fait de faire pause, de réfléchir sur nos vies… Regarde le nombre de personnes dont le destin a changé depuis un an et demi : ceux qui changent de boulot, ceux qui déménagent pour avoir un meilleur cadre de vie… Nous n’avons pas échappé à ce genre de constat et l’album en est teinté. »
 
Un mélange de Rock électronique, atmosphérique et Trip Hop. 
« L’idée était d’éviter les frontières musicales, les recettes toutes faites. Du coup, il y a un côté urbain, un peu trip hop, qui vient se marier à de l’Electro froid dans des morceaux qui prennent leur temps pour se développer. Cela nous permet de faire des arrangements plus poussés, de croiser les mélodies entre guitare et chant, par exemple, ou d’installer tranquillement un thème au clavier qui va évoluer et introduire une mélodie de chant, le tout sur une batterie hybride acoustique et électronique. » 
 
Un visuel fouillé. 
« C’est vrai que l’envie d’avoir un projet très visuel est venue très vite. Nous avions bien sûr une tonne d’idées, mais on a aussi voulu s’entourer de personnes de confiance, proches de nous et qui ont donné une vraie ampleur de projt. On a ainsi la chance de développer toute la charte graphique avec la très talentueuse Dorothée Renaux. Et la création lumière pour nos concerts a été réalisée par Valentin Lemarquier. Nous avons ainsi créé des passerelles entre le live et l’univers graphique de l’album. Tout est lié et c’est passionnant à faire. C’était aussi une première pour nous. »

Un premier frisson « live » au Centre Arc En Ciel de Liévin en ouverture de Mur : 
« Ce plateau partagé était assez étonnant. David Six du Centre Arc En Ciel suit le projet depuis le début. Nous avons fait une résidence artistique chez eux. C’était donc logique et normal d’y faire notre premier concert. On a énormément bossé pour être au top pour ce concert. Il était très symbolique pour nous, pas seulement parce que c’était le premier, mais aussi car nous avions envie de tester tout ça en live, de voir la réaction du public face à ce concert de 50 minutes de musique enchaînée, sans quasiment aucune pause. On a pensé le  »live » comme un film avec son histoire, ses différentes scènes, son dénouement. »


BRIK. :

LINE-UP : Bruno Mathieu (batterie, machines), Antoine Bargibant (chant, guitare, machines), Alex Renaux (guitares)

ORIGINE : Lille

MERCH : https://www.unkindmusic.fr/brik/

FACEBOOK : brik.music.official

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.