Peut être une image de texte qui dit ’AUGUST 8. 19, 20, 21, 2022 SAINT-NOLFF (56), FRANCE FESTIVALAN MOTOCULTOR FESTIVAL 4 DAYS -105 BANDS 4 STAGES’

Le 18 août prochain, la rédaction fera son grand retour au Motocultor Festival, partenaire historique d’Heretik Magazine. À deux semaines du lancement des hostilités, nous avons contacté Yann Le Baraillec, histoire de prendre de ses nouvelles. Ensemble, nous avons parlé des deux dernières années, mais aussi et surtout, de la prochaine édition à venir.

Propos de Yann Le Baraillec recueillis par Axl Meu


Comment te portes-tu deux semaines avant le début des hostilités ? Ça fait quand même trois ans qu’on attend cette nouvelle édition…

(Sourire) Il s’en est passé des choses… J’avoue, on a le nez dans le guidon, on ne se rend pas compte de tout. On est vraiment dans le dur et il commence vraiment à y avoir beaucoup plus de passages dans le bureau. Ça s’accélère. On commence le traçage demain. On est dans le concret ! 

On ressort d’une période difficile et pourtant, le Motocultor avait quand même fait parler de lui en 2020 et en 2021. Je me souviens de l’opération European Metal Festival Alliance en partenariat avec d’autres festivals européens, comme le Summerbreeze et l’Alcatraz Festival… 

On est 12 festivals européens à y avoir participé, de dix nationalités différentes. On était les représentants de la France. Ce festival en ligne était l’initiative de l’UFF, fédération de festivals. L’idée, c’était vraiment de mutualiser les festivals ensemble, d’engager une solidarité entre les festivals et d’organiser un événement en ligne. Chaque participant devait mener des collaborations avec des artistes et proposer du contenu exclusif, Mass Hysteria et Svart Crown pour nous. Après, il y avait aussi du merchandising pour aider les festivals à sortir la tête de l’eau. En tout cas, ça nous a permis d’occuper le terrain et de faire patienter les festivaliers. 

En 2021, c’était aussi assez compliqué. On se souvient du projet des « Motocultor Days » qui devait avoir lieu…

On espérait vraiment pouvoir faire la treizième édition du Motocultor qui devait avoir lieu en 2020, qui a été reportée en 2021. Mais on avait compris en février 2021 que ça allait être compliqué. On a décidé de reporter l’événement à 2022, et on s’est dit qu’il serait intéressant d’organiser un événement de moindre taille aux dates habituelles du festival. Finalement, ça a capoté quinze jours avant le début des hostilités. Ça nous avait demandé pas mal de travail, on était prêts, tous les groupes étaient prêts à venir… Ça a été une belle déception quand même…

En fait, à l’époque, chaque département pourrait durcir les restrictions en fonction du nombre de contaminations. Et puisque le taux d’incidence grimpait en flèche de semaine en semaine, on savait que les restrictions allaient revenir, comme celle du retour du masque et même la fermeture des lieux recevant du public après 23h. On a essayé d’anticiper, puis s’est posée la question du camping : « Doit-on fermer le camping ou pas ? ». On n’avait vraiment aucune visibilité, tout se faisait vraiment au jour le jour… Et nous, nous avons besoin du camping pour loger les festivaliers. En général, ils viennent de très loin, ce qui n’est pas forcément le cas de tous les festivals du coin. Face à ça, on s’est rendu compte que ce serait difficile de maintenir le festival sans être assurés que les festivaliers puissent camper. Aussi, la montée en flèche du taux d’incidence avait mis un coup d’arrêt aux ventes de ticket… Le public était également dans l’attente. 

Revenons à la treizième édition du Motocultor Festival qui aura finalement lieu du 18 au 22 juin prochain, toujours à St-Nolff. On peut le dire d’emblée, cette nouvelle cuvée est vraiment ambitieuse. Comme en 2019, le festival s’étend sur quatre jours. Cette fois-ci, la journée du jeudi est consacrée aux musiques Rock. Quelle était l’idée de base pour cette quatrième journée ? 

Essayer d’élargir le public. En fait, on s’est rendu compte que beaucoup venaient de toute la France, mais que très peu de festivaliers venaient du Morbihan. Il nous fallait renforcer l’ancrage local du festival… On a toujours été éclectique. On a toujours mis du Rock dans notre prog’, mais c’est la première fois que nous faisons venir The Libertines et The Hives. L’idée, c’est vraiment de faire venir des gens qui n’ont pas l’habitude de venir au festival tout en restant cohérent avec l’essence du festival. Le jeudi, c’est un peu une journée d’ouverture, histoire de se mettre dans l’ambiance ! Pour le moment, le projet n’est pas de faire une journée semblable aux trois autres jours du festival. L’idée a été de programmer des groupes de styles différents, des créneaux horaires plus vastes. Proposer quelque chose de différent. Niveau ambition, on peut aussi parler de l’installation de la quatrième scène… 

Aucune description de photo disponible.
Crédit photo : François Lampin

« Pour attirer plus de monde, nous avons élargi la programmation, d’où cette quatrième scène. C’est un risque qu’il nous fallait prendre. En tout cas, pour le moment, le pari est à moitié réussi. On est parti pour battre le record de fréquentation ! »

Oui, je voulais y revenir. Vous avez demandé aux festivaliers de choisir le nom de la quatrième scène… Tu peux m’en parler ?

Elle a un nom ! Ça sera la Bruce Dickinscene. On avait proposé plusieurs noms au festivaliers et avions laissé les festivaliers choisir. À trente voix près, c’est « Bruce Dickinscene » qui a gagné. Elle sera à côté de la Massey Ferguscene. Les trois autres scènes seront là où elles ont toujours été. 

L’idée, c’était vraiment d’élargir le public en lui proposant plus de groupes. La concurrence est rude en ce moment, notamment avec le Hellfest qui a proposé deux éditions cette année. On avait peur que les deux éditions consécutives du Hellfest assèchent les festivaliers. On avait peur qu’ils dépensent en masse au mois de juin et qu’ils préfèrent faire autre chose le mois d’août, surtout que beaucoup ont pris leurs journées de congé pour faire les deux week-ends du Hellfest. Donc, pour attirer plus de monde, nous avons élargi la programmation, d’où cette quatrième scène. C’est un risque qu’il nous fallait prendre. En tout cas, pour le moment, le pari est à moitié réussi. On est parti pour battre le record de fréquentation !

Niveau affiche, on reste vraiment dans le style Motocultor, même s’il y a moins de Black Metal par rapport à d’habitude. À titre personnel, quels sont les groupes dont tu es le plus fier ?

Plein de groupes, c’est l’ensemble de la programmation qui me plaît. Déjà faire venir 105 groupes, c’est énorme ! Après, je me réjouis de la programmation de Hypno5e, mais aussi Denez, qui reste dans l’esprit de ce que l’on avait proposé en 2019 avec la journée dédiée à la culture bretonne, au même titre que Druids Of The Gué Charette. C’est assez cohérent et original comme programmation !

Sur place, dans le site du festival, comment ça va fonctionner ? Il y aura une cashless, mais encore ?

Donc, oui, c’est Cashless. Il y aura possibilité de se restaurer sur place, à la fois sur le camping et sur le site du festival. Il y aura plus de foodtrucks que d’habitude et de la nourriture, en quantité plus importante que d’habitude. Il y aura plus de choix, selon le régime des festivaliers. Dès mercredi soir, il y aura de quoi manger et boire de manière très convenable sur le festival. 

Dernière question : en ce qui concerne les bénévoles, avez-vous réussi à mobiliser assez de monde ? J’ai cru comprendre que vous étiez encore à la recherche de bénévoles… Qu’en est-il à deux semaines du coup d’envoi ? 

C’est comme les festivaliers. Les gens achètent leur place au dernier moment, c’est un peu pareil pour les bénévoles. Ils continuent de s’inscrire en flot continu. D’habitude, il y a beaucoup d’inscriptions au début, puis ça s’essouffle. Là, la dynamique est inverse. Il n’y a pas de pic, mais ça continue de s’inscrire. On doit être à 800 inscrits, mais habituellement, nous sommes à 850 personnes. 

Quels profils recherches-tu ? 

Nous aimerions avoir plus de personnes derrière les bars. Aussi, nous avons mis en place pour la première fois des stands prévention contre les V.S.S., violences sexuelles et sexistes. Et pour le coup, nous avons besoin de personnes pour animer ces espaces. Tout se jouera dans les prochains jours. En tout cas, les responsables de ces stands sont très motivés et très sensibles à cette question-là. On commence à avoir du monde, mais il ne fait aucun doute que ce sera plus facile pour nous l’année prochaine !  


LE MOTOCULTOR FESTIVAL :

QUAND ? Du 18 au 21 août prochain

OÙ ? À St-Nolff (Morbihan – 56)

BILLETTERIE : https://web.digitick.com/index-css5-motocultor-pg1.html

L’AFFICHE :

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’AUGUST 18, 20, 21, 2022 -SAINT-NOLFF (56), FRANCE FESTIVAL MOTOCOLTOR KIII ACYL 4DAYS 105 BANDS 4 STAGES POWERWOLF BEHEMOTH KREATOR APOCALYPTICA CULT LUNA. DARKANGEL DARKTRANQUILLITY EISBRECHER ELECTRIC CALLBOY EXODUS IGORRR LEPROUS •SONATA ARCTICA .TESSERACT AEPHANEMER ALCEST ARKONA •BLACK TONGUE DEVOURMENT GOHRGONE BRUTUS HARAKIRI PALLBEARER. HOMMES TOMBER .STAKE NATURE| RIVERS TRUCKFIGHTERS. VADER VITRIOL PRINCESSES SACREDREICH SCHAMMASCH. SVALBARD SWALLOW SUN VALLEYO THE VENDED. THURSDAY ROCKIN' NIGHT THE HIVES THE LIBERTINES CLUTCH PIGS PIGS PIGS QUAL SANG FROID SHE PAST AWAY SLIFT THE INSPECTOR CLUZO THE OPPOSITION THE YOUNG GODS TRIGGERFINGER ÛL MUSIC ENSEMBLE’

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef d'Heretik Magazine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.