top of page

LIVE-REPORT - Devil Master + Gravekvlt + Nohz (Le Bulle Café - Lille)

Les amateurs de Black’N’Roll, de Raw Punk et de Speed Metal s’étaient donné rendez-vous à La Bulle Café le 26 avril pour la venue des trop rares Devil Master sur nos terres du Nord. Accompagnés de Gravekvlt, que nous avions découvert l’an dernier au Rock in Bourlon, et de Nohz, les Américains étaient attendus de pied ferme, certains venant même de très loin pour les applaudir. C’est l’association Cerbère Coryphée qui organisait ce concert auquel Heretik Magazine assistait.

Par Fred VDP / Photos : Axl Meu

 

La Bulle Café se remplit rapidement et c’est devant une salle bien fournie que Nohz, formation de Raw Punk originaire de Toulouse, entre en scène. Les organisateurs avaient annoncé un set court, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ne s’étaient pas trompés. Nohz fait un peu moins de 20 minutes de set expéditif d’une incroyable énergie dans lequel le quatuor va donner de ses tripes et de son âme. Avec une seule démo, les toulousains balancent des titres bouillants, menés par son chanteur dont l’hyperactivité sur scène n’est pas sans rappeler un certain Barney Greenway (Napalm Death). Le groupe fait en tout cas une forte impression et laisse présager un bel avenir sur la scène Metal. À suivre…



Autant le dire, après les très belles prestations qu’a donné Gravekvlt au Rock in Bourlon l’an dernier puis dans cette même Bulle Café en janvier, et l’effet de surprise étant passé, nous étions impatients de savoir si la séduction allait fonctionner à nouveau entre la formation nantaise et le public des Hauts-de-France. On peut dire après ce 26 avril que les liens sont véritablement bien soudés entre les deux. En déversant leur Black’N’Roll sauvage et sulfureux, Gravekvlt a ce pouvoir magique de rendre le public littéralement adepte de sa musique démentielle. On adhère totalement à ce collectif sympathique et qui fait plaisir à voir jouer. A chaque prestation, on se prend une rouste phénoménale, et on aime ça! Des titres comme « Torches Ablaze », « Flesh, Blow and Guts » et le bien nommé « Wake to Slaughter » canalise un public lillois déchainé, définitivement conquis par les nantais. Le set passe aussi vite que la musique de Gravekvlt, alors vivement la prochaine !

Après ces deux belles prestations musicales et scéniques, nous sommes impatients à l’idée de voir la soirée prendre encore plus de hauteur avec la présence de Devil Master. On l’a dit plus haut, la présence des américains dans la région est un événement, et lorsque la bande à Max Hammel déboule sur scène, grimée de corpse paint, c’est l’effervescence dans le public. En seulement deux albums et un EP, Devil Master a su conquérir son public et la prestation scénique ne fera que confirmer tout le bien que l’on pensait d’eux. Le groupe originaire de Philadelphie construit son set autour de ses deux albums : « Satan Spits On Children Of Light » et « Ectasies Of Never Ending Night » dont la version vinyle est en rupture de stock au grand dam de votre serviteur. La qualité de jeu des deux guitaristes, en totale adéquation avec un chant ultra sophistiqué, frôle la perfection sur des titres comme « Skeleton Hand » et « Funerary Gyre Of Dreams & Madness ». Musicalement et techniquement, Devil Master est au top ce soir et le public en a pour son compte. La formation achève son set sous une ovation amplement méritée.

Une soirée riche en énergie, en musique et en spectacle justifiée par un public lillois qui se rue sur le merch dès la fin du set de Devil Master. Espérons que l’on puisse revoir ces trois formations rapidement dans la région.




19 vues

Comments


bottom of page