top of page

LIVE-REPORT - Junon + Sunstare (La Bulle Café)

Dernière mise à jour : 25 janv.

C’est au troisième jour d’un épisode climatique enneigé comme les Hauts-de-France n’en avaient pas connu depuis quelques temps que nous nous rendons à La Bulle Café pour une soirée 100% régionale. Junon et Sunstare se sont donné rendez-vous pour quelques dates ensemble et se retrouvent au cœur de la Maison Folie Moulins pour un concert placé sous le signe du Doom/Sludge et du post-Hardcore, organisé par l’asso Cerbère Coryphée. Heretik Magazine y était pour notre plus grand plaisir.

Par Fred VDP / Photos : Emmanuel Poteau

 

Les quelques dizaines de fans, mais surtout de courageux, ayant bravé les fracas et les caprices de la nature, affluent parcimonieusement autour du bar, et c’est aux alentours de 20h45 que Sunstare arrive sur scène. C’est principalement l’album Ziusudra qui va occuper une partie de la setlist du groupe. Il faut dire que l’opus avait fait l’unanimité lors de sa sortie en 2022. Même si le son d’ensemble a du mal à se caler sur le premier titre, l’atmosphère particulière que renvoie le groupe lillois et l’envie de jouer et de faire partager sa musique prennent rapidement le dessus. Et dès le titre suivant, on retrouve le gros son du Sunstare que l’on avait apprécié au Tyrant Fest en 2022. Les histoires étranges et le Doom/Sludge du quatuor revêtent un caractère incantatoire lorsqu’il est délivré de manière aussi solennelle, avec la voix hypnotique de Peb, en pleine harmonie avec les autres membres du groupe, Vincent (guitare), Thomas (basse) et Antoine (batterie). La setlist est enchainée à la manière d’un conte macabre et obscure, sans temps mort, avec en guise de remerciements, après chaque titre, un gassho que Peb tend vers le public. Un très bon set de Sunstare, soutenu par un public en transe et pleinement conquis par les locaux.


À peine le temps de se désaltérer que la horde Junon envahit la petite scène de la Bulle pour un show très attendu : d’une part parce que l’on se souvient de leur prestation très encourageante lors du dernier Liévin Metal Fest, d’autre part parce qu’il s’agit, entre autres, de découvrir les nouveaux titres issus de leur futur album, Dragging Bodies To A Fall, qui sortira le 15 mars prochain. Les six compères débutent leur set avec « Perdition of Disorder », juste avant de nous présenter Clément, leur nouveau bassiste, qui n’est pas un inconnu pour les fans puisqu’il s’agit en fait de l’ancien batteur du groupe lorsque celui-ci portait le nom de General Lee. Très rapidement, Junon va enchainer avec des titres puissants et fédérateurs, « Out of Suffering » et « Carcosa », mais qui ne semblent pourtant pas transporter le public qui reste sagement debout et stoïque, à l’écoute des titres envoûtants du sextet. Mais emmené et harangué par un Fabien (guitare et chant) hyper investi, le public se réveille et prend enfin le train du groupe, notamment sur l’excellent « Flood Preachers ». L’intégralité de l’EP The Shadows Lengthen est joué et c’est d’ailleurs avec « The Bleeding » que Junon achève un set proprement mené et d’une excellente qualité. C’est clairement un Junon grandi que nous avons eu le plaisir d’entendre ce soir.



La région HDF regorge de pépites, et ce soir La Bulle Café a pu apprécier deux de nos représentants les plus prometteurs. Junon et Sunstare, avec chacun leur style propre, ont ravi le public et réchauffé les esprits. On a hâte de les retrouver très vite sur scène et surtout d’entendre l’album de Junon prévu le 15 mars. La date est retenue !




68 vues

Comentários


bottom of page