top of page

LIVE-REPORT - Dead Boys (The Black Lab - Wasquehal)

Une autre soirée placée sous le signe du Rock’n’Roll : les Américains de Dead Boys étaient dernièrement de passage chez nous, à The Black Lab (Wasquehal). Principalement active à la fin des années 70 (entre 76 et 79 pour être plus précis), la formation de « proto-punk » de Cleveland a marqué l’histoire du Rock’n’Roll avec ses deux seuls albums, Young Loud and Snotty (1977) et We Have Come for Your Children (1978), qu’il a enregistrés avec son feu-chanteur, Stiv Bators (également connu pour avoir fondé The Lord of The New Church avec Brian James des Damned).


Aujourd’hui, les Dead Boys sont de retour sur les planches et composé de Jake Hout (chant), Cheetah Chrome (guitare/chant), Lez Warner (basse), Monk Burris (guitare) et Alec Ortiz (batterie). Et nous ne nous sommes pas faits prier pour suivre cette belle leçon de Rock’n’Roll et de charisme en leur compagnie.

Par Axl Meu / Crédit photo : Moris DC

(retrouvez plus de photos sur notre Facebook et Instagram)

 

La soirée est lancée par un DJ, Jostone Traffic, et - une fois les amplis Orangé réglés - les Américains entrent sur scène et voilà que le public se prend de plein fouet le classique « Sonic Reducer », incarné comme il se doit par le jeune et charismatique Jake Hout qui - visiblement - a bien compris la philosophie du groupe. Dans ce Dead Boys 2.0., une partie des membres originaux est toujours là, mais ce sont surtout ses nouveaux membres qui nous ont marqués : ils adoptent régulièrement des poses lascives sur scène (le chanteur n’hésite pas à frapper violemment le sol avec sa ceinture cloutée et ce, à plusieurs reprises). Bref, le Rock’n’Roll, le vrai, sans complexe et sans tabou ! Ce qui a pour mérite de mettre le feu dans une fosse déjà bouillante souvent mise à contribution et complètement enivrée par le groupe qui s’évertue à jouer ses classiques : « Caught With the Meat in Your Mouth », « I Won’t Look », « So Sad », « High Tension Wire », « Down In Flames » et - bien sûr - le superbe « Not Anymore », sur lesquels on retrouve la fougue des premiers albums des Stooges et un côté Glam çà et là. Au terme d’un concert d'un peu plus d'une heure conclu sur deux derniers classiques, « Calling on You » et « Ain’t It Fun » (connu des fans des Guns N’ Roses), les Américains sont repartis dans les loges bien déterminés à continuer la fête avec leurs amis lillois. Merci pour la démonstration et non, Dead Boys is not dead ! 




36 vues

Commenti


bottom of page