top of page

LIVE-REPORT - Haunting The Castle

Pour les amateurs de Doom, le Haunting The Castle est un événement incontournable. Organisé dans le cadre médiéval de l’Avourie d’Ansthisnes, le festival réunit pour sa cinquième édition une nouvelle solide affiche et la salle principale qui accueille le festival est un parfait écrin pour les groupes, la salle ajoutant un charme en adéquation avec la force du Doom.

Par Franck Lasselle / Crédit photos : Moris DC


 

Ce sont les Anglais de Elderseer qui lancent les hostilités. Ils vont faire effet avec un doom teinté Death proche de My Dying Bride. Le son écrasant est impressionnant et en parallèle il se dégage une pointe de mélancolie prenante. Le son de clavier contribuant à cette idée triste. Le growl fait également effet avec une bonne puissance dégagée. Elderseer a proposé un concert lourd, profond et sensible et a marqué les esprits par sa capacité à mixer les ambiances.



Avec Fvneral Fvkk, le ton se fait épique pas loin de Candlemass. Le sample de cloches met dans l’ambiance. Puis, la force écrasante dégagée cloue sur place. Le chant épique de Cantor, aérien et solennel, colle le frisson à la manière d’un prêche. Le voyage est total avec une force glaciale incantatoire. Après un souci de micro, le concert redémarre parfaitement. Le coté religieux porté par la voix profonde est remarquable de force. Fvneral Fvkk a proposé une belle leçon, il a mixé les ambiances et les émotions avec une classe folle.



Avec un Funeral Doom proche d’Ahab, les Allemands d’Urza entraînent dans les ténèbres. Le côté monolithique fait effet et cette procession composée de trois chansons va faire effet. La tristesse et la mélancolie prennent à la gorge porté par un chant sorti des abysses. Cela fait peur en forme de voyage poisseux vers le néant. Il règne dans cette antique salle un côté méchant, proche des enfers et cela est prenant. Urza a fait impression avec un Doom d’une rare intensité en forme de complainte sans espoirs.



Les Finlandais de Tyranny gardent le public dans les abysses. Il se dégage de cette musique et du chant sorti des ténèbres de l’âme de Lauri un côté lourd et sombre totalement dans l’esprit Funeral Doom. Tout cela donnant l’impression d’écouter la bande son des écrits de Lovecraft. Au delà du côté plombé se dégage des passages calmes glaciaux collant le frisson. Tyranny a fait forte impression. Son Funeral Doom dégage une âme d’une rare force qui a fasciné un public sous hypnose.



Avec Ophis, le Death revient aux affaires. Portés par le public, le groupe dégage une puissance phénoménale écrasante de force. Le chant de Philipp glace le sang par son côté abyssal. En parallèle, se ressent une mélancolie à fleur de peau, le mixe est splendide et digne de My Dying Bride ou du Anathema des débuts. Le plongeon dans ce son à l’ancienne est fort et au-delà de la violence la mélancolie dégagée parle à l’âme. Ophis a proposé un concert remarquable en parfait représentant d’un Doom Death classieux.



La Finlande revient à l’honneur avec Profetus. Les cousins de Tyranny remettent le Funeral Doom à l’honneur et d’entrée plongent l’audience au fond des ténèbres. Le ton est écrasant et funeste en forme de procession préparant à la fin des temps. Au delà de la méchanceté se dégage un côté solennel, sombre et glacial. Le tout sonnant comme une bande son horrifique. Profetus a proposé un plongeon dans l’abîme. Mélancolique, profond et sombre, son Funeral Doom a ravi les amateurs.



Pionniers du Funeral Doom, les Finlandais de Skepticism sont attendus. L’intensité est au rendez-vous, portée par le chant d’un Matti au ton venu droit des enfers. En parallèle, il se dégage un côté sombre et lent porté par des moments calmes lugubres portés par le clavier. Chacun est plongé dans le monde des grands anciens avec une force glaciale flippante. La force dégagée fait mal avec un côté plombé en forme de visite des abysses. Le mixe entre force brute et ambiances funestes est parfait avec toujours un côté effrayant prenant. Skepticism a donné un concert d’une force infernale sans perdre une force mélodique hypnotique.




Avec cette journée parfaite, le Haunting The Castle confirme son statut de grand festival Doom. Il a ravi les amateurs avec des concerts prenants portés par des groupes transcendés par un endroit envoûtant. Il reste à remercier les équipes du festival pour leur accueil et leur donner rendez-vous pour d’autres si belles dates au service du Metal le plus sombre.





150 vues

Comments


bottom of page