top of page

LIVE-REPORT - Huginns Awakening (Ostende - BE) - Jour 2

Dernière mise à jour : 4 juin

Après une belle soirée passée au Twilight et une nuit assez insolite passée dans un centre d’escalade à quelques kilomètres d’Ostende, nous reprenons  la route du festival pour la deuxième journée du festival : celle-ci s’avère aussi chargée que la première : Vulture, Violent Sin, Scavenger, World Decay et bien d’autres nous attendent au tournant… 

Par Axl Meu

 

La première partie de la journée est consacrée - une nouvelle fois - à la scène belge, qui décidément regorgent en (nouveaux) talents. On pensera pour commencer à World Decay et leur Thrash Metal classique, mais surtout à Scavenger, formation de Heavy Metal traditionnel culte belge réactivée en 2020 (qui ne comporte cependant aucun membre d’origine) portée par la superbe Tine Lucifera ! À noter une reprise surprise de l’hymne « Motori » du groupe bosniaque, Divlje Jagode, effectuée en compagnie de leurs amis de Violent Sin qui, eux, prennent une petite vengeance personnelle en offrant une nouvelle prestation digne de ce nom après la déconvenue de l’année passée. THE SERPENT RAGES ON ! On reprend ensuite avec une dernière formation belge : Incinerate, tout droit venu d’Anvers, qui nous fait passer un bon moment, qui ne sera pas forcément gravé dans le marbre : c’est bien, mais sans réel plus ! 

On retrouvera un peu plus d’extravagance du côté de Cobrakill, que nous avions découvert en septembre dernier à Anvers dans le cadre des 10 ans du premier EP d’Evil Invaders. Du Death, on passe du côté Glam Metal de la force avec des compositions qui rappellent la grande époque de Mötley Crüe, mais aussi de Judas Priest : d’ailleurs, la reprise de « Riding on the Wind » ne trompe personne. Nous avons affaire à des passionnés du genre qui font très bien les choses, surtout leur chanteur Nick Adams !

« When Shit Happens… ». Quelques heures avant la performance des Indiens de Kryptos, nous apprenons que ces derniers ont été victimes d’un vol de matériel : un set de batterie et deux guitares leur ont été volées dernièrement. En backstage, ça se mobilise et finalement, le groupe peut quand même monter sur scène avec du matériel prêté, mais quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Le matériel prêté est mal réglé, forçant Nolan Lewis à se produire sans guitare une petite partie du concert. Finalement, les Indiens sauvent les meubles : l’accueil et la solidarité à toute épreuve du public rendent la performance assez unique en soi. Bien joué !

Nous attendions Vulture au tournant. Au bout de quatre albums, les Allemands n’ont, à notre connaissance, foulé le sol français qu’à une seule reprise : c’était l’année dernière dans le cadre du Anthems of Steel. Il faut donc se rendre à l’étranger pour les voir. Et ça tombe bien, ils ont sorti le superbe Sentinels cette année, déjà acclamé par les fans de Thrash/Speed. Dommage cependant que le public - sérieusement bourré - ne joue pas le jeu et provoque à tout va les fans, sans aucune raison particulière. De notre côté, cela ne nous a pas empêchés d’apprécier ce concert joué par une sentinelle toute armée de rouge. La véritable sensation de ce week-end ? Peut-être !

Nous repassons du côté du Heavy Classique de la force avec Enforcer qui ne jure que par ce style. Les panneaux sont particulièrement évocateurs : H E A V Y M E T A L, et avant de monter sur scène, les hauts parleurs diffusent le classique de Judas Priest « Diamonds and Rust ». Et puis quatre permanentes blondes investissent la scène, bien déterminées à nous faire passer un excellent moment. De ce concert, on retiendra les superbes « Mesmerized by Fire », mais aussi le classique « From Beyond » ou même la ballade « Nostalgia », titre éponyme du dernier album. La classe tout simplement !

On arrive progressivement à la fin de cette deuxième journée avec Suicidal Angels, formation de Thrash grec habituée des scènes belges. La musique des Grecs n’est certes plus très surprenante depuis quelques années maintenant, mais on ne peut pas leur enlever le fait qu’ils savent tenir les fans de Thrash en haleine avec un Thrash Metal qui fait le travail, capable d’énerver toute une foule. D’ailleurs, le pit était assez dangereux : La Croix Rouge a même dû intervenir, un fan s’étant méchamment amoché dans le pit, raccourcissant alors le set de quelques minutes. La sécurité avant toute chose. Après,  rien à signaler du côté des Grecs. Ça passe toujours comme une lettre à la poste ! 

Un dernier concert pour clore cette deuxième journée : celui des Américains d’Exhorder. Le public est totalement bourré et s'amuse même à déchirer les rideaux de la salle pendant les concerts des Américains. Le sol est aussi très collant (la bière…) : après, le set proposé par les Américains vaut quand même le détour, car il est principalement axé autour de Slaughter in the Vatican et le dernier album du groupe, Defectum Omnium. Cela dit, après 9 concerts d’une haute intensité, nous devons avouer qu’il a été difficile d’apprécier ce concert à sa juste valeur. 




55 vues

Opmerkingen


bottom of page