top of page

LIVE-REPORT - Landmvrks + The Devil Wears Prada + Like Moths to Flames + Guilt Trip (Le Splendid - Lille)

Il y a des formations pour lesquelles tout va très vite en ce moment. C’est le cas de Landmvrks qui gravit des échelons année après année. Après deux passages remarqués à la Bulle Café (Lille) en 2019 puis en 2022, puis un autre en première partie de Sum 41 au Zénith de Lille (!) en juin dernier, il était temps pour les Marseillais de récolter les fruits de leur travail en investissant de son plein gré de plus grosses salles. Pour sa nouvelle tournée, la formation marseillaise s'est entourée des Américains de The Devil Wears Prada et de Like Moths to Flames, et des Britanniques de Guilt Trip et n’a pas eu de mal à remplir le Splendid de Lille le lundi 22 mars dernier. Heretik Magazine était de la partie. 

Par Axl Meu / Crédit photos : Moris DC

 

L’affiche qui se détache le plus de l’affiche s’appelle Guilt Trip. Les Britanniques flirtent avec une musique plus Hardcore, plus mélodique que les autres groupes à l’affiche, mais parviennent tout de même à convaincre le parquet. Le set des musiciens, souvent composé de morceaux de Severance, dernier album en date paru l’année dernière, convainc des fans qui s’en sont donnés à cœur joie dans le pit. Ça déménage ! La première partie arrivée à son terme, il devient alors plus difficile de se frayer un chemin pour accéder aux premiers rangs. Seul le pit devient accessible, mais, à ses risques et périls... Par la suite, le ton monte d’un cran avec Like Moths To Flames, formation assez méconnue mine de rien. Sa recette n’offre rien de bien nouveau, et le son aurait pu être encore plus efficace, mais il semblerait que cela n’affecte pas trop les fans qui ont pu découvrir en avant-première quelques morceaux de son nouvel opus, The Cycles of Trying to Cope, le premier opus du groupe en quatre ans, à sortir en mai prochain via UNFD. 



The Devil Wears Prada fait incontestablement partie des formations les plus attendues de la soirée. Plus que Landmvrks ? En tout cas, force est de constater que les apparitions scéniques des Américains dans la région ne sont pas légion et qu'ils sont attendus ! Et pour faire patienter les fans pendant le changement de plateau, quoi de mieux que de passer une playlist d’Eurodance à fond de balle, souvent à l’origine de scènes bien insolites dans la fosse ? Les gars, on vous a vus vous trémousser sur le hit d'Alice DJ « Better Off Alone » ! Après ce moment assez décalé, The Devil Wears Prada investit la scène avec comme claire ambition de présenter une nouvelle facette de sa personnalité, visiblement plus mélodique, en présentant pas mal de morceaux de Color Decay (2022) sans pour autant faire l'impasse sur quelques classiques (« Outnumbered », Zombie, 2010). 



Landmvrks ne lésine plus sur les moyens. C’est le moins que l’on puisse dire. Aujourd’hui, les Marseillais, désormais reconnus au niveau international, offrent à leur concert une dimension toujours plus visuelle en parant leur scène d’un énorme « V » à led (pour LandmVrks), remplaçant alors le traditionnel backdrop. C’est ça aussi la modernité ! Mais la modernité de Landmvrks ne s’arrête pas là. Elle s’entend aussi sur Lost In The Waves que le groupe a sorti en 2021, défendu ce soir à hauteur de neuf morceaux tendant à la fois vers le metalcore traditionnel à fleur de peau et le rap français, à l’instar de « Visage ». C’est d’ailleurs cette même recette que le groupe a appliquée sur son nouveau morceau « Creature » présenté en tout début de set. Bref, à la fois innovant et riche dans sa démarche, souvent fédérateur et accessible (quel superbe « Lost In A Wave » en fin de partie !), les Marseillais semblent avoir trouvé un bon équilibre. Leur équilibre. Et finalement, il n’est pas si étonnant qu'ils soient à l'affiche de la prochaine édition du Main Square Festival !   



43 vues

Comments


bottom of page