top of page

ITW - Bloodorn

Surtout connu pour son implication au sein de Dropdead Chaos, de Sirenia et de T.A.N.K. (entre autres), Nils Courbaron ne manque pas de cordes à sa guitare. Dernièrement, il a dévoilé son nouveau projet de Power Metal, Bloodorn, déjà auteur d'un premier opus, Let The Fury Rise, à sortir le 24 mai prochain via Reaper Entertainment.

Propos de Nils Courbaron recueillis par Axl Meu

 

Salut Nils, on te connait pour ton implication au sein de Dropdead Chaos et de Sirenia. Dernièrement, tu as lancé ton projet de Power Metal, Bloodorn. Est-ce que tu pourrais nous le présenter ? 

Oui, voilà, c’est mon projet, mon album sur lequel je travaille depuis un bon moment maintenant. Il n’arrive que maintenant parce que j’ai eu l’opportunité de tourner massivement avec Sirenia. Par la suite, j’ai rencontré HK Krauss qui est par la suite devenu le producteur avec qui je travaille systématiquement. J’avais toujours voulu monter un projet de Power Metal. Ça ne date pas d’hier. À l’époque, j’avais rejoint T.A.N.K. et le guitariste ne voulait pas que je fasse de solos… C’était un peu contraignant pour moi. Pour Sirenia, je ne compose que les solos… Il y avait vraiment qu’avec Dropdead Chaos qu’on m’offrait la possibilité de m’exprimer. Mais, il faut savoir que, à la base, je suis un fan de Power Metal… J’avais mon projet solo avec lequel je sortais des morceaux de temps en temps. Mais là, j’ai senti que c’était le moment : il fallait que je le fasse. Je tiens à clarifier les choses : Bloodorn n'est pas un « side-project » : on a peut-être nos projets respectifs, mais on va faire en sorte qu’on entende parler de nous !


Qui sont les musiciens qui t’accompagnent pour ce projet ? 

Il y a Michael Brush, le batteur de Sirenia, anciennement d’Iron Mask. Francesco Ferraro, à la basse, qui joue dans Freedom Call. Au chant, on y retrouve Mike Livas, c’est le seul que je ne connaissais pas vraiment. Je l’ai démarché via Internet. 


Est-ce que tu pourrais me présenter ce premier album, Let The Fury Rise ? Il s’agit d’un album de Power Metal classique qui s’autorise parfois quelques libertés en flirtant avec des sonorités un peu plus Death Metal…

Oui, voilà. Je suis principalement fan de Power Metal et de Heavy, mais j’adore également The Black Dahlia Murder, Fleshgod Apocalypse et Necrophagist… Tous ces groupes de Death technique. C’est pour cette raison que tu vas retrouver des morceaux comme « God Won’t Come » qui est ultra-fort avec un break-down à la Textures. Ensuite, tu vas retrouver un morceau comme « Tonight We Fight! » avec une rythmique un peu "à la Amaranthe". L’esprit des paroles de Let The Fury Rise n’a rien à voir avec les dragons, les chevaliers, la religion qui sont les thèmes communément admis dans le Power Metal… J’ai travaillé avec Johann Cadot, le guitariste d’Asylum Pyre, qui est à l’aise avec l’écriture des paroles. Il m’a aidé à concevoir les lignes de chant et les paroles. 

Le monde actuel me révolte. Tout est aseptisé : tu ne peux plus rien dire, rien faire, sans vexer qui que ce soit. L’idée de Bloodorn, c’est « Pense par toi-même. Arrête de vouloir suivre les autres. Bats-toi. La vie est un combat. » Ensemble, avec Johann, on a travaillé sur tout cela en maquillant un peu l’ensemble avec des références aux jeux-vidéo. 


L’album se termine sur une reprise de Ghost, celle de « Square Hammer ». Pourquoi avoir repris ce morceau ? C’est un morceau très Pop…

En règle générale, j’écoute pas mal de Pop. J’aime beaucoup Madonna par exemple. J’écoute aussi Beast In Black, un groupe de Power Metal, mais qui sonne très Pop 80’s également. Pendant le confinement, j’avais sorti pas mal de reprises, notamment une du morceau « Separate Ways (Worlds Apart) » du groupe Journey. J’avais aussi déjà repris le titre « Kiss The Go-Goat » de Ghost… Avec Melissa Bonny et Adrienne Cowan, j’avais également repris le morceau « Lady Marmalade ». J’aime beaucoup triturer ce genre de morceaux.

D’ailleurs, en ce qui concerne « Square Hammer », je l’avais déjà repris avec Alessia Scolletti, l’ancienne chanteuse du groupe de Power Metal Italien TemperanceMike était partant pour la reprendre à son tour, donc nous l’avons fait !


Est-ce que tu peux revenir sur ta collaboration avec HK Krauss du Vamacara Studio ? Comment avez-vous travaillé ensemble ?

J’adore sa manière de travailler. C’est vraiment un enfoiré : quand il a quelque chose à dire, il te le dit et il ne va pas mettre les formes. Je suis un peu comme ça aussi. J’aime beaucoup travailler avec ce gars : il est compétent, rapide et toujours de bon conseil. Il voit les choses au-delà de la musique. Au départ, il produisait Dropdead Chaos pour la musique, mais il a rapidement pris le rôle de manager. C’est vraiment un pilier avec qui j’adore travailler que ce soit avec mes groupes ou mes projets solo. 


Ce premier album, Let The Fury Out, sort chez Reaper Entertainment. Un commentaire à ce sujet ? Étant donné que Sirenia est sur Napalm Records, on aurait pu penser qu’il en soit de même pour Bloodorn. 

On va dire que Napalm Records est un peu frileux quand il s’agit de signer des « new-comers ». De mon côté, j’ai tout fait pour garder le projet secret : je voulais l’annoncer seulement après avoir signé sur un label !


Reaper Entertainment va vous permettre d’avoir une couverture internationale. 

Oui, notre premier clip « Under The Secret Sign » avait déjà franchi les 100 000 vues en à peine un mois ! Le label a fait le travail correctement et propose des idées pour la communication. 


Une tournée va arriver ? 

J’ai envie que le premier « live » de Bloodorn soit annoncé dans de bonnes conditions. Pour le moment, l’album n’est pas encore sorti et donc il est difficile de démarcher des agences de booking. Ça peut s'avérer compliqué, surtout qu’ils connaissent nos autres projets qui tournent pas mal déjà. Pour eux, Bloodorn peut être considéré comme un side-project, alors que pour nous, ce n’est pas du tout le cas. En tout cas, pour la première annonce « live » de Bloodorn, je veux que ça ait de la gueule. Regarde, première annonce « live » pour Dropdead Chaos : Hellfest ! Je veux que ça soit un peu pareil pour Bloodorn

"Je tiens à clarifier les choses : Bloodorn n'est pas un « side-project » : on a peut-être nos projets respectifs, mais on va faire en sorte qu’on entende parler de nous !"

 

Bloodorn, c’est :

Nils Courbaron : guitare

Mike Livas : chants

Francesco Saverio Ferraro : basse

Michael Brush : batterie

Discographie :

Let The Fury Rise (2024)



20 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page