top of page

LIVE-REPORT - Pogo Car Crash Control + Stoutness + Super Sonic Suckers (Le Pacbo - Orchies)

Dernière mise à jour : 19 janv.

Comme il est timide ce début d’année ! Parmi le peu de dates que nous avons répertoriées dans notre agenda, seules deux nous ont fait de l'œil le vendredi 12 janvier dernier, notamment celle de Pogo Car Crash Control, au Pacbo d’Orchies ! L’occasion pour nous de découvrir la salle et d’y voir deux formations locales,  Super Sonic Suckers et Stoutness, se produire dans de bonnes conditions. 

Par Axl Meu / Crédit photos : Moris DC

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les gars de Super Sonic Suckers ont saisi là une bien belle opportunités de refaire parler d’eux. En remplaçant Stengah (qui a déclaré forfait suite à une fracture du doigt de l’un de ses musiciens), les Cambrésiens ont pu partager leur Power Rock à un public plus large, bien que la fosse soit encore clairsemée en début de concert. Néanmoins, cela n’entame pas l’enthousiasme du trio mené par les frères Desseint à la guitare/chant et à la batterie/chant, eux qui multiplient l’usage d’artifice (les bougies à étincelles sur les guitares par exemple) pour faire mouche auprès du public. Et ça marche. Parfois, il ne faut pas plus que trois accords bien sentis, une rythmique bien solide, des refrains bien pensés, une dose d’humour (on pensera à l’intervention de Jason sur scène) et d’un bassiste en kilt pour se mettre le public dans la poche. Bien joué les gars. 



On passe alors à Stoutness, les véritables locaux de l’étape, puisque ses musiciens sont d’Orchies. On doit vous l’avouer : bien que nous voyions régulièrement passer l’actualité du groupe sur nos réseaux, et que sa formation remonte à la fin des années 90, nous n’avions jamais été confrontés à sa musique, jusqu’à maintenant. En tout cas, cette nouvelle performance en première partie de Pogo Car Crash Control a sans doute permis aux musiciens de rattacher quelques nouveaux fans à leur cause. Ce soir, naturellement, le combo présente son nouvel EP, Never Dead, et confirme son identité musicale à mi-chemin entre Gojira et Pantera : c’est lourd, gras, mais aussi riche en nuances (notamment dans le jeu de batterie). Une belle découverte pour notre part et sans doute une belle confirmation pour les autres. 





Roubaix, Lens, Cambrai, Oignies et maintenant Orchies. On ne peut pas dire que les prestations de Pogo Car Crash Control soient rares chez nous. Et pourtant, il semblerait que beaucoup découvraient encore la formation sur scène ce soir : ils ont pu voir une formation dynamique, dans l’air du temps, alliant l’énergie positive du Punk au côté hargneux du Hardcore. Ce soir, tête d’affiche oblige, le groupe a plus de temps et s’autorise même l’interprétation de morceaux tirés de leurs débuts… Mais tout ce que le public a surtout retenu, ce sont les interventions loufoques et faussement maladroites d’Olivier (oui, il n’y a vraiment rien à faire dans les alentours) et ce fameux crowdsurfing assurées par une « surfeuse » sur une planche de surf ! À côté, tout était en règle : Pogo Car Crash Control gagne toujours plus en maturité, en justesse et apparaît désormais fièrement comme une nouvelle valeur sûre de la scène hexagonale.







100 vues

Comments


bottom of page